Charles SPAAK


1903 - 1975




Charles Spaak est né il y a cent ans à Bruxelles dans une famille de juristes et d'écrivains. Il était le fils de Paul Spaak, auteur de théâtre et directeur de la Monnaie et de Marie Janson, première femme sénateur de Belgique et héritière d'une lignée de juristes qui s'illustrèrent en Belgique au 19è siècle.

Son frère Paul-Henri, orateur hors pair, allait devenir le premier ministre belge le plus célèbre du 20è siècle, l'un des fondateurs de l'Union Européenne avec Jean Monnet et le premier Président de l'ONU. Il est aussi le père d'Antoinette Spaak.

Après des études de droit inachevées à Bruxeles, Charles Spaak partit à Paris en 1928 où il devint l'assistant de Jacques Feyder son compatriote.

Enchaînement de multiples collaborations avec des réalisateurs tous appelés à devenir célèbres comme:
  1. Jacques Feyder ("Les nouveaux Messieurs", "Pension Mimosas", "Le Grand Jeu", "La Kermesse Héroïque"),

  2. Jean Grémillon ("Gueule d'Amour", "L'Etrange Monsieur Victor", "Le Ciel est à vous"),

  3. Julien Duvivier ("La Bandera", "La Belle Equipe", "La Fin du jour"),

  4. Jean Renoir 53Les Bas-Fonds", "La Grande Illusion"),

  5. André Cayatte ("Justice est faite", "Nous sommes tous des assassins", "Avant le Déluge", "Le dossier Noir"),

  6. Marcel Carné ("Thérèse Raquin", le synopsis des "Tricheurs"...

Il y eut aussi Albert Valentin, Marcel l'Herbier, Christian-Jaque, Jean Dréville et j'en passe.

Sans oublier "Le bal des fraudeurs", écrit pour Henri Storck, dont le sujet était... l'intégration européenne.

On s'arrachait ses services. Il avait la réputation d'écrire trois scénarios à la fois et dans les temps: Carné raconte que les producteurs faisaient la file devant sa porte. On alla même le chercher en prison sous l'occupation allemande pour terminer son adaptation des "Caves du Majestic" d'après Simenon.

Cette carrière exceptionnelle allait prendre fin brusquement par la prise de pouvoir des journalistes des "Cahiers du Cinéma" et les propos incendiaires de Truffaut ... malgré le fait que Spaak avait collaboré avec Carné sur "Les Tricheurs", ouvrant ainsi la porte sans faire de bruit à cette même Nouvelle Vague.

C'est ainsi que passa aux oubliettes le scénariste des films les plus célèbres du cinéma mondial ("La Grande Illusion" et "La Kermesse Héroïque" figurent dans les premières places à chaque sondage) et dont les oeuvres se suivent comme si on feuilletait une histoire du cinéma français.


L'U.E.E s'intéresse particulièrement à Charles SPAAK à qui elle consacre une Chaire de littérature comparée. Elle publie également ses oeuvres dans sa revue, Les Cahiers du Scénario et d'Ecriture Créative, la Chaire Charles SPAAK de littérature comparée lui est dédiée et organise tous les ans le Prix Charles SPAAK de scénario qui est ouvert au grand public.